Faim de Siècle, CP 500, 1701 Fribourg | contact@faimdesiecle.ch | +41 (0)79 205 35 86
Expo.02 racontée à mon fils

Expo.02 racontée à mon fils

CHF 25.00
Réf. : Expo02
Rupture de stock

Qté

A son fils, né en 02, Alain Chardonnens, l'auteur du Guide du Pays des Trois-Lacs, paru aux éditions de l'Aire, désirait offrir cette description empirique, subjective et anecdotique des cités éphémères d'une expo évanouie de nos paysages. Il a donc sillonné tous les arteplages, patienté à toutes les queues, lu tous les articles pour vous offrir une véritable chronique de cet étrange temps jadis. Une occasion de (re)vivre, de (re)sentir simplement à travers son regard, les doutes, les beautés et les polémiques suscités par "notre" Expo.02.

Extraits

Morat - Instant et Eternité
Incontestablement, en parcourant l'arteplage de Morat, on se croirait dans un port. Devant la porte de Berne, trônent des containers empilés les uns sur les autres: ils abritent les locaux de l'Office du tourisme, de l'accueil et de l'expo-shop. On s'attend à voir les dockers surgir à tout moment pour les transporter dans des cargos. Cette impression de docks est renforcée par les lourdes chaînes rouillées qui longent les trottoirs du giratoire, de l'auberge de l'Ange (Enge) jusqu'au Schiff, histoire de dissuader tout parking sauvage. Après avoir dévalé le Raffor, les bords du lac offrent au regard de nouveaux containers: le stand photo, devant lequel Lili, la mascotte d'Expo.02, est assise, ainsi qu'un nouvel expo-shop caractérisé par toute sa palette de produits dérivés (t-shirt, boîte à musique, bock à bière, toutes les pièces étant frappées du logo de l'Expo). Quelques dizaines de mètres après le débarcadère, l'impression angoissante des docks fait place à une promenade à lamelles blanches. Pour un peu, on se croirait déambuler le long d'un bord de mer d'une petite station balnéaire californienne, peut-être Ocean Beach. Et puis, alors que deux piles de gravats se détachent - le théâtre des Graviers abrite les armoires magiques de "Gli Universi Sensibili" et du "Temps des Escargots" -, on ne peut être que happé par le vaisseau fantôme de l'Expo, le mésoscaphe d'Auguste Piccard. Rongé par le temps, vieille épave qui s'est exilée de longues années au Texas alors qu'il avait été l'une des principales attractions de l'Exposition nationale de 1964, le mésoscaphe fait peine à voir et trouble les personnes âgées qui mesurent avec amertume l'usure du temps. Morat et son port. Les docks imaginaires s'agitent: un lourd paquebot rouillé fend la brume et montre son intention de mouiller à quelques encablures des berges: c'est le Monolithe de Jean Nouvel.

Le Monolithe
Ce cube rouillé d'une arête de trente-quatre mètres - il atteint la hauteur d'un immeuble de douze étages - est l'attraction par excellence de l'arteplage de Morat. Il est, avec les Tours de Bienne, les Galets de Neuchâtel et le Nuage d'Yverdon-les-Bains, l'icône d'Expo.02. En d'autres termes, ce cube, tout droit sorti du film 2001, Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick, devrait vraisem-blablement habiter un espace de la mémoire du visiteur jusqu'au dernier de ses jours. Il est vrai qu'il est impressionnant. A couper le souffle. Dans la file de badauds qui attendent patiemment leur tour pour prendre pied sur l'embarcation qui les emmènera dans le ventre du Monolithe, j'ai la joie de reconnaître une famille du village voisin, membre de l'UDC locale. Alors que le parti de Christophe Blocher s'est opposé aux centaines de millions de francs de rallonge demandés par la direction de l'Exposition nationale, la maman me déclare qu'elle s'y rend chaque semaine. Quand le vin est tiré, il faut le boire. L'Exposition nationale est là pour cinq mois, alors autant la visiter, voire la savourer, plutôt que de la bouder. L'UDC locale est donc soluble dans les eaux du Monolithe. La petite embarcation quitte le quai et, en moins d'une minute, contourne d'est en ouest le Monolithe, vaisseau sorti tout droit du néant. Entrons. Une fois que les yeux se sont habitués à la pénombre, on se prend pour Jonas dans le ventre de la baleine. Mais dans une cavité non pas de chair, mais métallique, pourvue d'un écran circulaire de huit mètres de haut et vingt et un de large. Les images de "Panorama Suisse version 2.1" inondent les pupilles: une pluie de géraniums, des vues de chalets et de montagnes, quelques scènes d'attente dans une gare: une présentation artistique de la vie quotidienne des Suisses au seuil du XXIe siècle. Cherchant mon chemin dans l'obscurité, redoutant de trébucher sur une personne qui aurait eu la mauvaise idée de se trouver assise sur mon chemin, je me dirige vers les escalators qui m'emmènent dans les étages supérieurs de la baleine. Seules les lumières verdâtres émanant des escaliers balisent le lieu. Pour un peu, la pénombre deviendrait étouffante. J'avale plusieurs étages. Et c'est le choc. Je me retrouve en pleine bataille, celle opposant les Confédérés aux armées de Charles de Bourgogne. Il s'agit d'un affrontement qui va durablement modifier le visage de l'Europe. La Lotharingie et les Etats bourguignons disparaîtront définitivement. Cette Europe médiane faisant office d'Etat-tampon entre la France et les Allemagnes ayant disparu, il n'y aura plus de rempart entre Marianne et Germania, entre le coq et l'aigle. Et si finalement la Bataille de Morat, comme celle de Grandson et de Nancy, portait en elle les germes destructeurs des guerres franco-germaniques de 1871, 1914 et 1939? Personnellement, je répugne à parler de Charles le Téméraire. Je préfère plutôt évoquer Charles le Hardi, comme il est appelé en Belgique. Dans les manuels d'histoire helvétiques, l'écolier apprend qu'un choc manichéen a eu lieu le 22 juin 1476: le bien - les Suisses - a eu raison du mal, incarné par la Bourgogne. Et pourtant, à y regarder de plus près, Charles n'était-il pas l'allié de la Savoie, qui cherchait à contrer les assauts des cantons alémaniques? Charles ne défendait-il pas les intérêts des pays romands contre les prétentions des voisins germanophones de l'est? Voilà qu'en 1536, rien de moins qu'un demi-siècle plus tard, le Pays de Vaud tombait sous la coupe de l'Ours bernois et ce, pour une durée de trois siècles et demi. La bataille fait rage. Elle se déroule sur une gigantesque toile circulaire de cent onze mètres de long sur dix mètres et demi de large. Elle a été réalisée par Louis Braun durant les années 1893-1894. La violence est parfois si crue qu'il était déconseillé, à l'époque, aux femmes enceintes, aux enfants et aux âmes sensibles de venir la contempler. Les détails sont légions et les étendards claquent au vent: je reconnais, outre ceux de la Confédération helvétique, les drapeaux de Lorraine, d'Angleterre, de Cerlier, de Laupen, de Sursee et de Bienne. Quelques personnages également: les commandants helvétiques Hans Waldmann et Hans de Hallwyl, l'ambassadeur espagnol Lucena, et René, le duc de Lorraine. Habitant la région, les villages de Courgevaux, de Faoug et de Meyriez me sont familiers. Tout comme le Vully et le Jura en arrière-plan. Un enfant bien éveillé demande à ses grands-parents gênés qui sont ces femmes à la poitrine découverte sortant des tentes… Un visiteur fribourgeois fait part de son vif mécontentement: le drapeau bernois flotte sur le château de Morat. La toile de Braun, en mauvais état, a dormi de longues années dans le Werkhof de la ville de Morat avant d'être restaurée par la Fondation pour le Panorama de la Bataille de Morat. Une fois l'Exposition nationale terminée, qu'adviendra-t-il de l'oeuvre? Dans quelles nouvelles caves le Téméraire et ses armées vont-ils dormir durant des décennies? Décidément, Morat reste le tombeau du Grand Duc d'Occident…